Page 1 of 2 12 LastLast
Results 1 to 10 of 13

Thread: Lâcher-prise !

UploadGIG.com
  1. #1
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158

    relaxation

    Lâcher-prise !
    Click image for larger version. 

Name:	rsz_relaxation-techniques.jpg 
Views:	8 
Size:	6.9 KB 
ID:	304
    Tout le monde parle de lâcher-prise. C’est le mot à la mode, celui qu’on lance dès qu’un proche vous fait part de son angoisse, de ses craintes, de ces difficultés à faire face à tout ce qui lui arrive.
    Quelqu’un souffre de surmenage et même le médecin finit par lui dire de lâcher prise. C’est devenu un terme fourre-tout qui permet d’échapper aux explications, et surtout, qui permet de se débarrasser rapidement de l’emmerdeur, car c’est à peu près comme cela qu’il est le plus souvent perçu.

    Mais c’est quoi au juste de lâcher-prise ?
    Est-ce que ça peut nous aider à nous sentir véritablement mieux ?

    J’aimerais assez vous répondre que oui, mais s’il suffisait de lâcher nos problèmes pour qu’ils cessent de nous nuire, la recette ferait fureur. En réalité, lâcher prise veut dire de ne pas chercher à tout vouloir contrôler. C’est surtout une invitation à s’abandonner, à faire confiance et sans doute même à se faire confiance.

    Mais, peut-on si facilement décider de faire confiance en quelqu’un, en soi ou en une entité suprême ?
    De toutes les façons, si quelqu’un vous demande de lâcher prise, il devrait aussi être en mesure de vous accueillir pour ce que vous êtes, de vous accorder du temps pour que vous puissiez vous épancher et en plus, il devrait être en mesure de vous donner sa confiance.
    Voyez-vous, le lâcher-prise exige une aptitude humaine très particulière, que la maturité et l’expérience de la vie seule peuvent vous apporter.

    Alors, si vous entendez encore quelqu’un vous demander de lâcher prise, demandez-lui s’il est un être de confiance. Selon ce qu’il vous répondra, vous serez en mesure de poursuivre dans cette voie, sinon abandonnez au plus vite.

    Et puis, pour que vous puissiez intégrer pleinement ce concept du lâcher-prise, permettez-moi de vous donner une petite image de ce que cela peut représenter réellement. Imaginez-vous avec un gros problème qui tient dans votre main. Si vous lâchez prise et qu’il tombe, il va s’éparpiller au sol et engendrer de nombreux autres problèmes plus difficiles à résoudre.

    Si au lieu de cela, vous ouvrez votre main, la paume tournée vers le ciel, votre problème tiendra dans votre main ouverte. Vous n’aurez plus besoin de vous contracter pour le maîtriser. En outre, vous laisserez aux autres de voir ce qui vous arrive et peut-être même de les laisser vous aider.
    Pensez-y, c’est une image facile à reconsidérer sur le plan de la réalité.

    Last edited by Fredricksen; 08-18-2015 at 02:41 PM.

  2. #2
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Confiance en-soi !

    Comment peut-on être certain que la confiance que l’on a au fond de soi est solide comme un roc ?

    C’est volontairement que j’ai mis dans cette question une connotation biblique. Être solide comme un roc réclame une stabilité à toute épreuve. Cela oblige à fermer les yeux sur la bassesse de nos actes, la violence de nos réactions et la pauvreté de notre créativité pour nous sortir de notre misère humaine.
    Cette confiance ressemble beaucoup à la foi que l’on peut donner en un Dieu ou en une croyance.

    En fait, il faut que la personne à qui s'adresse notre confiance, qu'il s'agisse de soi ou d'un autre, soit foncièrement bonne, juste et loyale.

    Pensez vous être bons, justes et loyaux ?

    Peut-être avez-vous cette présomption et peut-être même que cette attitude est fondée, car vous avez appris à bien vous comporter. Mais, peut-on franchement compter sur votre infaillibilité ?

    La réalité, c'est qu'humainement, il est assez rare de tomber sur quelqu'un d'infaillible ou de l'être soi-même. La meilleure façon de pourvoir à cette lacune, c'est précisément de donner sa confiance, d'aller au-delà de l'infaillibilité en faisant un acte de foi.

    Est-ce que cela signifie que l'on fait confiance aveuglément ? Non, bien sûr que non !
    C'est bien du contraire qu'il s'agit ; faire confiance en toute conscience. Accepter notre condition et oser s'appuyer les uns sur les autres pour avancer dans ce chemin périlleux de l'existence. Faire confiance, c'est en fait aimer la personne à qui on la donne. Vous faire confiance c'est vous aimer un tant soit peu, sinon c'est impossible.

    Une image peut aider à comprendre ce genre de mécanisme. Supposons qu'une personne éprouve le besoin de donner sa confiance en quelqu'un de parfait. Elle choisira Dieu. Cela sera d'autant plus facile pour elle, si elle considère que tout ce qui est mal vient du diable, et que tout ce qui est bon vient de Dieu. De cette manière, son Dieu ne pourra jamais lui faire défaut. Si quelque chose survient de désagréable, le diable en sera forcément la cause. La personne qui donne sa confiance en ce Dieu le fait aveuglément, car elle ne sait pas si Dieu existe véritablement. Il lui faut donc croire sans aucune preuve et sans aucune certitude.

    À présent, imaginons une personne prête à donner sa confiance en toute conscience. Elle sait que rien ni personne n'est infaillible. Elle peut donc parfaitement supposer que dans chaque personne il y a un peu de ce Dieu et de ce diable qui se côtoient en permanence. Lorsqu'elle va donner sa confiance, elle ne va pas croire en l'infaillibilité de l'autre, mais en l'accord tacite existant entre les deux partenaires pour que cette confiance soit solide comme un roc.


  3. #3
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    La confiance est-elle innée ?

    Le mot confiance est à peu près défini par les dictionnaires de la manière suivante :
    Sentiment de sécurité, d'assurance ou d'espérance ferme inspirée par quelqu'un ou quelque chose.
    Selon cette explication, il faut espérer de toutes ses forces que la personne ou la chose en qui l'on a confiance est capable de nous garder en sécurité.

    Cela ressemble étrangement au sentiment que les enfants ont au tout début de la vie en présence de leurs parents. Il leur voue une confiance presque aveugle.

    D'autres dictionnaires philosophiques apportent une dimension plus subtile à la confiance, comme la notion de foi.
    On a alors l'impression que la confiance repose sur un acte de foi, une sorte d'abandon envers la personne qui nous inspire ce sentiment. Pourtant, dans la réalité de tous les jours, on voit peu de gens réussir à donner leur confiance à quelqu'un ou même se faire confiance.

    Une chose est certaine, c'est qu'un jour, nous avons donné notre confiance à quelqu'un que nous avons élevé au rang de Dieu. C'est exactement la représentation que se fait un enfant de ses parents. Ils sont pour lui comme des Dieux, des êtres capables de tout réaliser, de tout entreprendre et de tout réussir.
    Pourquoi perdons-nous la confiance que nous avions envers nos parents ?

    Au fur et à mesure que l'enfant grandit, il découvre que ses parents ne sont pas des Dieux, qu'ils lui ont menti et que leur pouvoir n'est pas si grand qu'il se l'était imaginé. C'est l'heure de la déception. L'enfant perd confiance en ses parents et en lui, car il est de leur chair. Il ne deviendra jamais lui-même un Dieu.
    On peut donc dire que la confiance repose sur la foi. Pour s'abandonner entièrement, sans limites à quelqu'un ou à quelque chose, il faut avoir la foi. Comme le fait un enfant encore insouciant et innocent envers ses parents. Comme nous pourrions le faire envers nous-mêmes lorsque nous sommes confrontés à des difficultés qu'il nous faut vaincre pour survivre.

    Ensuite, nos expériences douloureuses sur le plan de la confiance et des croyances nous obligent à rompre totalement avec ce comportement enfantin de la foi aveugle. Nous apprenons à nous accepter tels que nous sommes, puis, nous décidons d'une nouvelle règle pour établir la confiance. Il faut à présent s'engager solennellement dans une démarche de confiance, se fixer des buts et chercher à les atteindre.

    En fait, la confiance nous oblige à nous responsabiliser, à prendre conscience des conséquences de nos actes. Mais, elle est aussi le moyen le plus sûr de nous élever au rang de notre humanité.
    Si nous trahissons la confiance, nous la perdons à tout jamais. Redonner sa confiance ou la recevoir à nouveau de quelqu'un qui nous a trahis exige bien plus qu'un simple « mea culpa ». La personne ou nous-mêmes devrons prouver notre aptitude à nous remettre en question, à regretter notre acte et à faire amende honorable.

    La confiance fait donc partie d'un apprentissage. Elle est le fruit d'un travail qui oblige l'homme à atteindre son humanité. Sur ce noble chemin, il va lui falloir beaucoup de courage, de compassion et d'amour.


  4. #4
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Pourquoi se relaxer ?

    Si l'on s'adresse à un spécialiste de la relaxation ou à un médecin, il vous dira que se relaxer est nécessaire pour mieux gérer le stress et réussir en même temps à retrouver un état paisible. Un état qui pour le médecin et le spécialiste représente la tranquillité, le calme, le bien-être, la confiance en soi et le lâcher-prise.

    En effet, comment pourrait-on se sentir bien, détendu, complètement relaxé, si nous n'avions pas confiance en nous-mêmes, ou si nous ressentions encore quelques réticences à lâcher-prise ?

    Par contre, si nous nous adressons au commun des mortels pour savoir en quoi cela lui est utile de se relaxer, je ne suis pas sûr que nous obtenions les mêmes réponses.

    En tant que sophrologue, je me suis souvent rendu compte que mes patients ne savaient même pas ce que « se relaxer » pouvait signifier.
    J'ai souvent entendu des réponses de ce genre :
    Je ne veux plus avoir de problèmes
    Je veux me sentir bien
    Je veux être heureux
    J'ai besoin de gagner beaucoup d'argent
    Il me faudrait un mari gentil, beau et fort
    Quand je leur demande de me préciser la signification de « se sentir bien » ou de « se sentir heureux », j'obtiens souvent des réponses confuses suivies d'un constat accablant : « Je n'en sais rien ! »

    C'est malheureusement le reflet exact de la réalité. Peu de gens prêtent une réelle signification au fait d'être heureux ou de se sentir bien. Ceux qui voudraient gagner davantage d'argent ne savent pas toujours ce qu'ils en feraient. Quant aux maris beaux et forts, ils sont souvent dépeints comme des poupées inanimées ou des robots capables de satisfaire à la demande du patient sans rechigner.

    Chercher à se relaxer ne peut consister à combler un manque ou à masquer des souffrances. Ce n'est pas une drogue que l'on prend à un moment donné pour effacer la douleur ou le mal-être. La relaxation est une approche de tous les jours par laquelle on apprend à poser des actes précis grâce auxquels on devient plus conscient. C'est un engagement à vivre pleinement dans le but de s'améliorer quotidiennement.

    Si vous envisagez la pratique de la relaxation, n'allez pas vous y rendre pour vous soulager d'un mal pendant quelques minutes, allez-y plutôt pour y trouver une réponse définitive à vos souffrances. Une réponse qu'il vous faudra prévoir trouver sur plusieurs séances avant de voir le résultat vous transformer totalement.


  5. #5
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Comment se détendre ?

    Quand on éprouve le besoin de se détendre, c'est que nous sommes tendus, contrariés, épuisés ou peut-être simplement sous pression. Nous venons d'atteindre une limite, un point à ne pas franchir.

    Cela se manifeste souvent par des comportements excessifs. On n'est plus capable de se maîtriser. Si quelqu'un nous fait une réflexion, on réagit au quart de tour par l'impulsivité. Parfois, on ne distingue même plus la plaisanterie du vrai. Résultat, on entre en conflit avec notre partenaire, nos collègues de travail et tous ceux qui nous approchent.

    Dans le cas où ce mal-être dure depuis quelque temps, on peut aussi se sentir mal, dépressif, anéanti, confus et même désorienté. Les manifestations sont tout autre. On éprouve de la difficulté pour se lever le matin. On part au travail à reculons. On se sent fatigué toute la journée. On est le plus souvent à fleur de peau et la moindre émotion nous fait pleurer. On a alors tendance à ressasser des souvenirs douloureux, à écouter de la musique triste et à chercher dans l'alcool un refuge qui va nous anéantir chaque fois plus.

    Le sommeil est alors fragilisé, on ne dort plus, on devient irritable et on frôle quotidiennement l'accident. Tout d'un coup, le corps et l'esprit se dissocient. D'un côté, une partie de nous-mêmes réclame que l'on s'en sorte, de l'autre, on perd l'envie de se battre et le goût à la vie.

    C'est le début de la dépression. Tout cet enchevêtrement d'événements survient à la suite d'une simple tension, d'une contrariété qui s'est ajoutée à une autre, puis des tensions que l'on n’arrivait plus à gérer, des soucis qui n'ont pas de solutions immédiates qui nous rongent, la pression de notre travail, de l'argent qu'il faut gagner à tout prix. Bref, une vie que l'on se demande bien si l'on a vraiment choisi de la vivre.
    Se détendre devient alors primordial. Non pas comprendre ce qui nous arrive ou entreprendre une psychothérapie. Bien que cela puisse aussi être nécessaire, se détendre semble la solution la plus immédiate à laquelle il faut penser.

    Dans ce cas, le sophrologue et le psychothérapeute devront trouver une solution d'urgence. Elle consistera à aménager un espace de détente durant lequel le patient pourra lâcher prise. Il s'agira d'un espace protégé, complètement sous la protection du praticien pour que le patient puisse s'abandonner totalement sans appréhension. Parallèlement à cela, le psychothérapeute devra proposer une thérapie comportementale pour aider le patient à comprendre comment il en est arrivé là et comment il peut en sortir.


  6. #6
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Pourquoi doit-on apprendre à respirer ?

    Avant que je ne m'intéresse à la sophrologie et que je devienne sophrologue, l'idée qu'on puisse ne pas savoir respirer m'avait interloqué au plus haut point. Alors que tout le monde semblait partager cette idée sans même la réfuter me surprenait encore plus. Cela me paraissait inouï que l'on puisse avoir besoin d'apprendre à respirer.

    Je pouvais tout au plus admettre que dans certaines maladies on soit obligé d'avoir une assistance respiratoire, mais de là à apprendre il me fallait développer ma connaissance.

    Je voulus donc en savoir davantage sur le sujet et je commençais à comprendre qu'il existait des domaines dont j'ignorais totalement l'existence. En effet, si la respiration s'effectue de manière complètement inconsciente grâce à notre cerveau reptilien, son usage n'est pas juste de nous maintenir en vie. Certes, c'est en apparence la plus importante, toutefois, d'après les Indiens, la respiration servirait à véhiculer le prana, une sorte d'énergie vitale responsable de la croissance de notre conscience.

    Toujours d'après ces révélations, la façon dont nous respirons nous permettrait d’influencer notre organisme, guérir certains troubles et rétablir la paix intérieure pour nous assurer la longévité.
    Cette théorie dépeint l'homme comme une sorte d'être énergétique pourvu de chakras ou plus précisément de points de concentration de cette énergie dans le corps.

    Il y en aurait sept, qui se situeraient depuis le périnée jusqu'au centre coronal, à l'endroit de l'ancienne fontanelle. Chacun d'eux serait activé dès notre développement dans le ventre maternel et devrait fonctionner en parfaite harmonie avec le reste de l'univers pour nous permettre de vivre en bonne santé.
    Ce qui m'interpella davantage, c'est que les Chinois eux-mêmes attribuaient à la respiration un rôle important. Un jour, on découvrit que les méridiens, sorte de routes énergétiques dans le corps physique, existaient bien réellement. La science confirmait ces dires.

    Il ne me restait plus qu'à vérifier que la respiration consciente pouvait en effet avoir des répercussions positives sur notre mental et sur notre physique.
    Je ne tardais pas à le vérifier et à travailler dans ce sens pour moi-même pendant de nombreuses années.

    Ensuite, j'entrepris mes études pour devenir sophrologue.

    La respiration consciente s'est pratiquée avec les différents yogas :
    Hatha yoga
    Raja yoga
    Jnana yoga
    Kriya yoga
    Bhakti yoga
    Siddha yoga
    Le yoga étant l'arrêt de l'activité automatique du mental, il requiert toute notre conscience pour atteindre un état qu'on appelle l'éveil.


  7. #7
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Comment la relaxation active-t-elle le cerveau ?

    Si la relaxation a longtemps intéressé les médecins et la science c'est à cause de sa capacité à modifier d'une manière détectable les ondes émises par le cerveau. On s'est très vite aperçu que la relaxation influe sur différents niveaux physiques et émotionnels. En outre, grâce à la relaxation ou à l'hypnose, on peut aller récupérer des souvenirs dans la mémoire, mais aussi décupler sa capacité à se concentrer. D'autres expériences montrent qu'un homme peut obtenir de ralentir son rythme cardiaque assez longtemps pour supporter des conditions extrêmes de survie.

    La relaxation devenait aux yeux du monde scientifique un moyen incroyable de maîtrise du corps et de l'esprit tout en réussissant des performances extraordinaires. Le seul inconvénient, c'est qu'il ne procurait aucune de ces choses par la magie ou la facilité. Il fallait pouvoir développer une certaine discipline si l'on voulait obtenir des résultats.

    Plus tard, des expériences menées en Amérique plus précisément au Massachusetts démontraient que la relaxation influençait sur les réponses de nos gènes. On arrivait à des conclusions extraordinaires, mais difficilement exploitables à la demande. En fait, ces moyens existent bien, mais ils réclament une aptitude particulière. On ne peut, par exemple, être motivé par la guerre, la vengeance ou la colère pour réussir quelque chose qui réclame notre attention particulière et plus encore la relaxation.
    Cette science propose quelque chose de particulier, elle exige une participation personnelle et pacifique pour produire des résultats. C'est un peu l'inverse de ce que nous propose le monde actuel. On doit, pour réussir, se forger un esprit de compétition.

    On peut donc se demander pourquoi notre cerveau ne fonctionne qu'à seulement 10 % de ses capacités. Sa fonction étant de nous aider à survivre, peut-être nous protège-t-il de notre propre folie en nous donnant l'accès à sa puissance que lorsque nous sommes paisibles et pétris de bonnes intentions.
    Si tel est le cas, nous devons nous interroger.

    Car nous sommes peut-être à l'orée d'une nouvelle ère. Mais comment le savoir, et comment franchir cette étape ?

    Sommes-nous assez nombreux pour expérimenter un nouveau paradigme, ou sommes-nous démotivés pour changer notre histoire ?

    On se rend bien compte que le monde bascule vers une sorte de pente glissante où les conséquences de la pollution, de la consommation à outrance, de la négligence et de notre irresponsabilité envers la Terre qui nous abrite, nous conduisent vers le chaos.
    Nous pouvons survivre à ce fléau de nos erreurs passé, pourvu que nous acceptions de comprendre ce mécanisme qui est en nous prêt à nous délivrer tous ses mystères.


  8. #8
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Pourquoi est-il si difficile de se relaxer ?

    On peut s'étonner de constater combien il est difficile de se relaxer. C'est d'autant plus anormal que de savoir se détendre est parfaitement naturel. Nous ne devrions absolument pas avoir à nous poser de questions pour nous relaxer, cela devrait être une aptitude innée. C'est exactement comme le sommeil. On ne devrait pas connaître de trouble du sommeil, et pourtant, il existe de plus en plus de personnes qui souffrent d'insomnie.

    On a l'impression que toutes les fonctions instinctives et vitales réclament notre attention. Un peu comme si notre corps tirait un signal d'alarme, comme s'il nous avertissait que quelque chose ne va pas.
    Essayons donc de comprendre pourquoi le corps nous envoie tous ces signaux et surtout pourquoi cela nous empêche de nous détendre. En fait, nous sommes maintenus dans une tension permanente, comme s'il nous fallait réagir au plus vite à quelque chose de périlleux.

    C'est en effet ce qui se passe, lorsque notre corps réagit, il nous empêche de nous relaxer. L'adrénaline, la cortisone et toutes ces sécrétions hormonales surviennent pour rendre notre capacité à réagir plus grande et plus efficace.

    La relaxation est le fruit du bien-être, la conséquence d'un accomplissement. Notre cerveau est capable d'identifier si nous sommes hors de danger ou non.

    Au lieu de chercher à remédier à tous ces symptômes, nous devrions chercher à les comprendre, à les interpréter correctement et à donner des réponses existentielles. Au lieu de cela, nous cherchons à les masquer, à les ignorer. Au début, cela ne cause pas de gros désagréments. Nous arrivons assez facilement à les oublier, mais il arrive un moment où nous saturons et l'organisme, le corps et les émotions explosent en de multiples manifestations, comme l'insomnie, l'irritabilité, la dépression et même la maladie.

    Nous pouvons donc considérer que s'il est difficile de nous relaxer, c'est simplement parce que nous nous écartons de la sagesse du corps. Nous ne pouvons contraindre le corps à se relaxer entièrement si nous n'écoutons pas en contrepartie ce qu'il a à nous dire. Vous pouvez écouter des disques de relaxations, chercher un bon hypnotiseur, avaler des tonnes d'anxiolytiques ; si vous ne vous souciez pas de la raison de votre mal-être, vous ne parviendrez qu'à retarder l'explosion. Si au contraire vous cherchez à vous détendre en pratiquant l'écoute du corps, vous allez non seulement trouver la relaxation, mais aussi la paix intérieure, la guérison de votre âme.


  9. #9
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Décuplez votre potentiel créatif !

    Ça n'est pas une blague ! Vous pouvez et je dirais même mieux, vous devez décupler votre potentiel créatif. Vous n'avez que cette vie pour le vérifier et en profiter pleinement. Il existe des mécanismes cérébraux très précis qui peuvent vous aider à provoquer les plus grands changements dans votre vie. Il suffit ensuite de savoir comment s'y prendre et le tour est joué.

    Voyons ensemble les différentes ondes cérébrales et à quoi elle corresponde.

    Les ondes Bêta : Elles correspondent à l'activité cérébrale consciente. Le cerveau oscille entre 14 et 21 cycles par secondes.

    Les ondes Alpha : surviennent quand nous fermons les yeux, et que nous sommes allongés dans une position confortable. Nous entrons en phase de détente et les ondes oscillent entre 7 et 14 cycles par seconde. Le plus surprenant, c'est de constater que les deux hémisphères du cerveau fonctionnent en parfaite harmonie.

    Les ondes Thêta : s'affichent quand le cerveau oscille entre 4 et 7 cycles par seconde. En fait, on entre dans la phase de sommeil. C'est aussi la phase obtenue pendant l'hypnose. On parle d'insensibilité à la douleur pendant ce cycle.

    Les ondes Delta : On est en sommeil profond, dans une zone d'inconscience totale. Plus le cerveau s'approche du cycle 0, plus on flirte avec la mort. Le cycle est de 0 à 4 cycles.

    Comme nous venons de le voir, en état Alpha, notre cerveau fonctionne en une sorte de rythme harmonieux où les hémisphères communiquent entre eux. Chaque fois que nous sommes en pleine activité, notre cerveau oscille jusqu'à 21 cycles par seconde, mais il peut aussi descendre en onde Alpha juste quelque temps, comme pour se ressourcer ou puiser dans l'effort de concentration, la capacité à mieux mémoriser et favoriser une meilleure gestion du stress. C'est vraiment dans la zone Alpha que nous puisons notre plein potentiel. De savoir y revenir consciemment, par des techniques très simples de relaxation peut nous aider à aiguiser notre vision de la réalité. C'est un peu comme si nous avions une boule de cristal et que nous regardions plusieurs fois dans la journée dedans afin d'éviter les conflits, les accidents et les dérapages.

    Arriver à choisir son cycle cérébral, ou savoir puiser dans celui-ci, peut nous ouvrir à la clairvoyance sans jamais nous laisser plonger dans un sommeil profond. Cet état peut nous être d'une grande utilité. C'est un exercice cérébral qui peut nous permettre de développer notre potentiel créatif et ainsi nous aider à faire évoluer notre situation jusqu'à son plein épanouissement.


  10. #10
    Senior Member Fredricksen's Avatar
    Join Date
    Jul 2015
    Posts
    158
    Un miracle à notre portée !

    Nous ne pouvons définir avec exactitude si nous sommes des êtres libres ou si nous obéissons à une sorte de fatalité. Le doute persiste toujours, sinon la conviction et la croyance. On a le sentiment que toute notre vie se trouve entre deux possibilités, deux réalités, deux perceptions...

    On se trouve toujours entre la vie et la mort, entre se sentir libre et soumit à sa destinée. Le miracle, c'est précisément d'arriver à s'extraire de cette dualité. Il ne s'agit donc pas de la voie du milieu, de cet équilibre permanent qui exige notre conscience et une vigilance de tous les instants. Bien que cette pratique est une voie parfaite qui mène vers l'état d'éveil, le miracle dont nous sommes capables est de parvenir à nous situer dans un espace où la dualité n'existe plus.

    Cherchons un lieu où cette dimension existe et voyons ce qu'elle peut nous apporter. Le cerveau privilégie toujours un hémisphère dominant, le cerveau gauche la plupart du temps. Cela se produit à l'état de réveil, quand nous devons agir, travailler, penser, réviser, nous souvenir...

    Existe-t-il une dimension privilégiant les deux hémisphères du cerveau à égalité ? Durant les ondes Alpha, qui se produisent quand l'homme est en état de relaxation, entre réveil et sommeil, les deux hémisphères fonctionnent ensemble, en parfaite harmonie. On s'est rendu compte que pendant cette période particulière, la personne développait de plus grandes capacités à se concentrer, à mémoriser, à réfléchir, à imaginer, à prendre conscience de son corps, etc.

    Dans cet espace on peut produire des miracles, se réinventer une réalité cohérente avec la réalité objective. En fait, c'est le lieu qui nous permet de gérer nos problèmes sans conflit. Notre perception n'est plus altérée par le mental ou les pensées parasites.

    Il se produit comme une sorte de limpidité dans tout ce que l'on perçoit. On pourrait comparer cet état à celui d'une eau très claire, transparente qui coule lentement sur un lit de roches et de végétaux de toute sorte. On peut voir au travers de cette eau toute la beauté du fond.

    Dans le cas où nous évoluons en onde Bêta, l'eau est devenue trouble, bouleversée par son mouvement rapide qui soulève la terre. Des micros poussières se répandent dans l'eau, comme le font nos pensées éparses et empêchent notre vision. On est alors incapable de créer, réduisant au maximum notre liberté se rapprochant au maximum de notre destinée comme d'une fatalité.

    Last edited by Fredricksen; 08-18-2015 at 02:39 PM.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •  
UploadGIG.com